Qui suis-je ?

DSC_7854

Pour rédiger cette rubrique j’ai choisi de reprendre quelques questions posées par les lecteurs lors de nos rencontres.

Quel est votre parcours ?

Après mes études secondaires, une licence en poche, j’ai enseigné en tant que professeur des écoles dans plusieurs villages bretons avant de m’installer dans le Sud Ouest. J’y ai rencontré mon compagnon, fondé une famille et créé mon entreprise touristique dans le secteur de la location de vélos. La saisonnalité de cette activité m’a permis de continuer à enseigner. Pendant tout ce temps, j’ai partagé mon temps libre entre le théâtre et l’écriture. 

D’où venez-vous et pourquoi avez-vous choisi d’être écrivain ? 

Je suis née en 1980, à Vannes, dans le Morbihan. Pendant toute mon enfance, avec mes parents, nous avons « vadrouillé » aux quatre coins de la France. Je crois que mon besoin de raconter des histoires est né de cette époque. Je n’ai pas choisi de devenir écrivain. Je me suis seulement autorisée à poser sur le papier les histoires que j’avais au fond de moi et puis j’ai eu envie de les partager. C’est au moment où mes écrits ont rencontré les lecteurs que je suis véritablement devenue écrivain.

Comment faites-vous pour écrire ? Avez-vous des rituels ?

J’ai d’abord besoin de poser mes idées sur le papier avant de passer au clavier. Pour ce premier roman, j’ai même eu besoin de dessiner mes personnages. J’ai écrit entièrement l’histoire sans m’interrompre avant d’améliorer la rédaction, chapitre après chapitre. Quand j’écris, j’aime avoir certains rituels. Ils me permettent de couper avec mes activités quotidiennes. Je me lève à 5h du matin et j’écris pendant 3h dans un espace que nous avons aménagé à l’extérieur de la maison. Pendant ce temps-là, je me dédie entièrement à l’écriture. Je le fais chaque matin (sauf le week-end) avec beaucoup de rigueur, c’est important selon moi pour rester créative.

Où trouvez-vous l’inspiration ?

Je ne cherche pas l’inspiration, elle arrive toute seule. Il y a des périodes où je n’écris pas car je n’en ressens pas le besoin. Je pense que, dans ces moments-là, mon esprit emmagasine des informations. Quand c’est le bon moment, je garde les yeux et le cœur ouverts et les histoires arrivent sans que cela ne me demande d’effort particulier. C’est pour décrire ce phénomène que j’ai inventé ce terme de « passeuse d’histoires ».

En combien de temps avez-vous écrit ce premier roman ?

Pour cette première aventure tout a été assez rapide. Entre les premiers écrits et la parution du livre, il s’est passé un peu moins d’un an. Je pense que c’était parce que c’était le bon moment.

Comment aimeriez-vous que l’on parle de votre livre ?

Je n’ai pas d’attente particulière si ce n’est de faire passer un moment agréable à mes lecteurs. Surtout n’oublie pas de parler d’amour est un premier roman intime. J’y ai semé les graines de ce que je suis même si ce n’est pas un roman autobiographique. Je propose aux lecteurs d’entrer dans mon univers, ce que je souhaite c’est qu’ils s’y sentent bien et qu’ils aient envie d’y revenir. 

Quels sont vos plus beaux messages de lecteurs ?

Chaque retour m’a profondément touché. C’est assez surprenant de lire un commentaire qui concerne son œuvre et aujourd’hui encore je crois que je ne réalise pas pleinement les choses. Les lecteurs ont été touchés par l’histoire d’Émi et beaucoup d’entre eux n’avaient pas envie que l’histoire s’arrête. Certains m’ont confié qu’elle avait continué à vivre en eux bien après la lecture. Je crois que je ne pouvais pas espérer meilleur retour. Depuis le début de l’aventure, je reçois des photos du roman mis en scène un peu partout. Je commence à avoir une très jolie galerie que je vous invite à découvrir ici sur ma page Facebook. J’aime beaucoup voir mon livre voyager.

Quels sont vos projets? 

Continuer à écrire. Le prochain roman est en route. Je souhaiterais aussi aller à la rencontre des lecteurs. À ce propos, si vous connaissez des lieux susceptibles d’accueillir une romancière « passeuse d’histoires » je suis preneuse…vous trouverez mon contact en cliquant sur ce lien.

Si vous aviez un message à transmettre? 

Je choisirais cette phrase tirée d’un film de Charlie Chaplin :

«  Chacun d’entre nous possède en lui le pouvoir de rendre la vie belle, de faire de cette vie une merveilleuse aventure. »

Je serai heureuse de répondre à d’autres questions si vous le souhaitez, vous trouverez mon contact en cliquant sur ce lien.